Mésanges et rouges gorges sont les oiseaux les plus répandus dans nos jardins, mais il existe beaucoup d’autres espèces dont certaines sont devenues rares.

Ces petits oiseaux, dit « sauvages », vivait dans les campagnes et venaient faire un tour près de nos habitations. Aujourd’hui, ça a bien changé ! Avec nos campagnes envahies de pesticides, certaines espèces se raréfies, les oiseaux ont changés leurs habitudes et viennent régulièrement dans nos jardins pour se nourrir, faire leur nid sous nos toits ou dans nos arbres, élever leurs petits… mais continus à enchanter nos journées par leurs chants et leurs couleurs.

Apprenez à les reconnaître pour mieux les protéger, et faites de votre jardin un refuge pour ces précieux oiseaux où vous pourrez les observer toute l’année ou presque surtout si vous leurs proposez le couvert et le gîte.

Un jardin accueillant pour les oiseaux

Les fauvettes, mésanges, chardonnerets, pinsons ou verdiers sont des alliés utiles pour les jardiniers, ils permettent de débarrasser les jardins de nombreux insectes indésirables.

Si vous avez de la place, plantez de nombreux arbres et arbustes à baies, des fruitiers et des vivaces, qui sont des sources d’aliments tout au long de l’année. Surtout bannissez les pesticides qui sont néfastes pour l’environnement et privent les oiseaux d’une grande partie de leur nourriture.

Vous avez envie d’aider les oiseaux à passer l’hiver, c’est une bonne intention et salutaire pour eux, mais comment les aider au mieux ? Que mangent-ils ?

Observer la forme du bec et vous pourrez ainsi déterminer le régime alimentaire principal de l’espèce : chez les insectivores le bec est allongé; chez les granivores il sera court et solide pour décortiquer les graines et briser les gros morceaux; chez les rapaces, le bec sera crochu et robuste.

Les moineaux, pinsons, chardonnerets… sont principalement granivores, ils aiment se nourrir de graines de céréales mais vous pouvez aussi leur donner des graines de potiron, des cacahuètes, noisettes, noix pillées…

Les merles, rouges-gorges sont plutôt frugivores. Ils sont friands de fruits mais mangent aussi des insectes en été quand ils nourrissent leurs petits. Vous pouvez mettre à leur disposition des fruits coupés en morceaux, des fruits secs et des mélanges à bases de saindoux ou de margarine.

Les mésanges bleues et charbonnières, les sittelles… sont friandes d’insectes mais adaptent leur nourriture en fonction des saisons. En hiver, ces oiseaux apprécient les graines et les mélanges riches en graisse. Les mésanges sont particulièrement agiles et n’ont pas de difficultés pour picoter une boule de nourriture accrochée au bout d’une ficelle.

Dans votre jardin, d’hésitez pas à installer, à l’abri des prédateurs, des mangeoires que vous pourrez garnir pendant l’hiver et des nichoirs que les oiseaux occuperont pour se reproduire au printemps.

La mésange charbonnière

La mésange charbonnière est une espèce de passereaux de la famille des paridés. C’est la plus commune des mésanges eurasiatiques et l’une des plus grandes et lourdes mésanges, de la taille d’un moineau domestique.

Elle se caractérise par sa calotte noire, ses joues blanches, son dos verdâtre et une bande noire tout le long de la poitrine et du ventre jaune. Cette bande est moins large chez la femelle que chez le mâle.

C’est un oiseau grégaire qui vit en groupe avec d’autres mésanges, en dehors de périodes de nidification. C’est une visiteuse habituelle des mangeoires en hiver. La mésange charbonnière se nourrit particulièrement de petits invertébrés (mouches, vers de terre, araignées, papillons), de petits fruits et de graines.

Enregistrer

Écoutez,

la mésange charbonnière zinzinule.

Inspiré de Wikipédia

Le bouvreuil pivoine

Le Bouvreuil pivoine est une espèce de passereaux d’Eurasie appartenant à la famille des Fringillidae. Il vit et se nourrit en couple, à la lisière d’un bois ou d’une haie. Il disparaît rapidement si on l’approche. Visiteur régulier des petits jardins, surtout dans les régions riches en vergers, il reste très discret, à l’abri de la végétation.

Le plumage de son dos est gris-bleu, les ailes et la queue sont noires ainsi que le dessus de la tête. Le croupion est blanc. Le mâle se distingue par ses joues, sa poitrine et son ventre rouge rosé. La femelle arbore une poitrine plus terne, gris-orangé ou beige.

Le Bouvreuil pivoine est presque exclusivement granivore, trouvant principalement sa subsistance sur les arbres. Les bourgeons constituent sa seconde source d’alimentation au grand regret des arboriculteurs.

Vers la fin du mois d’avril, la femelle confectionne seule le nid à faible hauteur, bien souvent sur un sapin ou épicéa et y dépose 4 à 5 œufs qu’elle couvera pendant 12 à 14 jours. Vers la fin juin le couple élève une seconde couvée, parfois suivie d’une troisième

Écoutez,

le bouvreuil, qu’on voit peu, son chant est très dépouillé, un bref sifflement, doux et mélancolique, sur une seule note.

Inspiré de Wikipédia

La fauvette des jardins

La Fauvette des jardins est une espèce de passereaux appartenant à la famille des Sylviidae, qui niche dans la plupart de l’Europe et dans l’Ouest de l’Asie.

Son plumage n’a aucun contraste ou caractéristique notable, ce qui lui confère un aspect « neutre ». C’est une fauvette typique du genre Sylvia, robuste, avec les ailes et la queue longues, aux parties supérieures gris-brun olive et les parties inférieures plus claires. Cette espèce peut être confondue avec un certain nombre d’autres fauvettes

La Fauvette des jardins cherche les sous-bois touffus pour nicher, et n’occupe que rarement les jardins contrairement à ce que son nom peut laisser entendre. La ponte compte quatre ou cinq œufs blancs ou crème, tachetés. La Fauvette des jardins est migratrice, hivernant en Afrique subsaharienne.

Écoutez,

la fauvette des jardins.

Inspiré de Wikipédia
No tags for this post.